Mois sans tabac – Témoignage : Plus de quatre ans sans nicotine !

Je republie ici mon témoignage de l’an passé qui en appelle d’autres ! Ce post se termine par un contact utile à Pont-de-Veyle pour vous faire aider à arrêter de fumer.
LANDRIX
Trottland
Précédent
Suivant

LE TÉMOIGNAGE DE VOTRE RÉDACTEUR-SERVITEUR



« Ancien sportif d’endurance, j’avais décroché de l’addiction de l’effort au profit de celle de la Camel au cours de mes études. Stressé de nature, je fumais de manière assez compulsive 25 à 30 cigarettes par jour jusqu’à la rentrée scolaire 2017 (j’avais alors 38 ans).

Avec un papa malade du cœur, je savais depuis longtemps que je devais décrocher de cette drogue dure pour conserver une espérance de vie « décente ». Le déclic est venu un soir où j’ai refumé un peu trop vite après un effort physique assez violent. J’étais alors à la limite de l’asthme et ai pris rendez-vous le lendemain avec une tabacologue de l’hôpital de Mâcon.

Cette dame, maintenant retraitée, a saisi l’importante addiction dont j’étais alors coupable. Sa proposition : ralentir au maximum dans un premier temps avec l’aide de substitut nicotinique (patchs et pastilles). Pendant un an (oui, vous avez bien lu), je fumais ou plutôt crapotais six à huit cigarettes par jour, au lieu des 25-30 initiales, en diminuant progressivement le taux de nicotine de mes patchs.

Je respirais déjà mieux… Un jour, cette tabacologue m’a dit : « vous êtes prêt physiquement à franchir le cap, plus qu’à choisir votre jour ! » Je mis ce conseil à exécution un matin où ma gorge était sensible, à quelques jours de mon 39ème anniversaire.

J’ai continué un certain temps à mettre un patch peu dosé pour me rassurer surtout mais je n’ai pas retouché à une clope ! Mon cœur fonctionne maintenant beaucoup mieux au repos et à l’effort.

Mais tout n’a pas été rose. La nicotine est un puissant excitant et j’ai connu des phases de fatigue profonde pendant les deux premières années d’arrêt. De plus, vous imaginez bien que je me suis un peu vengé sur la nourriture…

Avec un peu plus de quatre ans de recul, je suis fier de moi. Il y a bien longtemps, un ami retraité m’avait dit que l’arrêt du tabac était la chose la plus difficile qu’il avait réussi dans sa vie. Je ne suis pas loin de penser comme lui ! »

APPEL Á D’AUTRES TÉMOIGNAGES

Vous avez arrêté de fumer ? Racontez-nous votre expérience et les bienfaits que vous ressentez maintenant.

Vous envisagez d’arrêter de fumer ? Expliquez-nous les stratégies que vous comptez mettre en œuvre.

Vos contributions sont attendues via veyleinfos@gmail.com.

POUR VOUS AIDER Á ARRÊTER

Isabelle Alban est infirmière de prévention au sein du réseau Asalée, un dispositif de coopération avec des médecins généralistes. Elle exerce au sein des cabinets de Saint Cyr-sur-Menthon (matins) et de Pont-de-Veyle (après-midis). Dans le cadre du mois de novembre, elle est habilitée à recevoir toute personne ayant un projet d’arrêt du tabac. Les consultations sont gratuites. Elle est joignable au 06 82 09 14 31.


Éric Bernet

Partagez cet article !