Laiz : Gros succès pour le spectacle d’improvisation proposé par Bresse Impro !

La Communauté de Communes de la Veyle et le Comité de Fleurissement de Laiz ont invité ce samedi soir la troupe « Bresse Impro », basée à Saint Bénigne, près de Pont-de-Vaux.
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0001
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0002
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

La Présidente Michèle Sauvage nous a expliqué que cette initiative a été prise pour compenser l’arrêt des ventes de fleurs en raison des pénuries d’eau en printemps et été.

Environ 90 personnes sont venues voir le spectacle.

Nous avions déjà présenté la joyeuse troupe Bresse Impro sur laindependant.fr où nous avions expliqué le principe de fonctionnement du spectacle : https://laindependant.fr/saint-benigne-bresse-impro-a-organise-son-premier-festival-dimprovisation-dans-la-commune/

Ce samedi, les comédiens furent à la hauteur de leur réputation, c’est-à-dire plein d’idées avec toujours leurs broderies de mots et de pitreries hilarantes, et un enthousiasme sans borne qui emmène le public dans un rire sans retenu tout au long des petites scénettes.

Dans le premier « acte », c’est le jeu du « mot de la fin ». La scène s’arrête quand un comédien prononce un mot défini au préalable. Quelques thèmes abordés :

« Visite de New » York par un couple (joué par deux hommes).

« Achat dans un magasin de chaussures » : deux filles dorment et au réveil se retrouve dans le magasin. Elles seront servies par deux « babouins » !…

« Salle de sports » : une fille n’arrive pas à porter les poids et demande de l’aide à deux coaches. Ils la mettent dans une machine, improvisée avec des chaises. « Tout est dans la grimace », dit l’un d’eux !

« Les vices et les vertus » : contrainte de l’arbitre, les comédiens doivent reprendre le thème du magasin de chaussures. L’un des babouins tue l’autre. Les autres comédiens passent un interrogatoire. C’est la piste de la Chine qui est choisie ! Au passage les babouins deviennent chimpanzés…

Dans le deuxième « acte », c’est l’arbitre qui définit le temps ou l’arrêt de jeu.

Quelques autres thèmes abordés :

« Ne pas rater son avion » : jouée par trois personnages dans un bus, confrontés à une manifestation qui indubitablement risque de faire rater l’avion. La contrainte imposée par l’arbitre est qu’à chaque instant il faut un comédien assis sur une chaise, un autre debout immobile et le troisième toujours en mouvement. Bien sûr le dialogue est ininterrompu et les comédiens doivent alterner leur position. Deux équipes sont composées et à la fin le public doit choisir à main levées laquelle les a plus fait rire.

« Des jours heureux » ; jouée par un « carré laizien » – chaque personnage est né à Laiz. Il y a un chimiste, une kinésithérapeute, un vétérinaire et un curé « féminin » ! La conversation se fait à deux. Les deux autres attendent derrière. Au coup de sifflet de l’arbitre et à l’annonce de « 1 » ou « 2 » ou « 3 », les comédiens tournent dans un sens ou un autre et changent d’un cran ou de deux ou de trois. La conversation se poursuit à ceci près que les personnages doivent tenir compte de leur métier. C’est évidemment délirant – à un moment le chimiste est censé être marié au curé (!?) – et on se demande bien comment ils font pour enchaîner les dialogues.

« Un fait d’hivers » ; Jean-Claude D. (ne demandez pas pourquoi ce nom) est à Chamonix et il prend le téléphérique qui malheureusement tombe sur la Chapelle. JCD meurt. Les comédiens ont 45 secondes pour témoigner du drame. Une bigote racontera que le téléphérique est tombé sur le confessionnal…

À l’entracte, les spectateurs pouvaient se restaurer avec des tartes, des gâteaux et des crêpes (Ndlr : très bonnes). Et le bar était ouvert…

À savoir : Le prochain événement du Comité de Fleurissement, ce sera le départ du Tour de l’Ain le 13 juillet prochain, occasion pour laquelle tout le village de Laiz sera en effervescence.

Texte & photos : Frédéric Chalot

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *