Commémorations du 19 mars 1962 : « La guerre, c’est le malheur pour les deux parties »

Cette citation est un extrait du discours lu par Aimé Chevrel, Président du Comité de Pont-de-Veyle, pour la Fnaca.
Bernard Duroux, à gauche, lors de sa remise de médaille par Michel Dubost
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0001
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0002
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Cette commémoration a eu lieu à 17h30 ce mardi au monument aux morts de Pont-de-Veyle en présence d’une audience considérable composée d’anciens combattants, de leurs familles, d’élus locaux et de citoyens voulant respecter le devoir de mémoire.

MORCEAUX CHOISIS DU DISCOURS DE LA FNACA

« Le Cessez-le-feu a eu lieu il y a 62 ans, le 19 mars 1962 à midi, en respect de l’article 1 des Accords d’Évian. Cette guerre a compté près de deux millions de mobilisés en l’espace de 89 mois. 30 000 jeunes de 20 ans n’en sont pas revenus (…) La guerre, c’est le malheur pour les deux parties. Elle détruit l’humain et tout ce qu’il entoure. Continuons sur la voie de la paix. »

REMISE D’UNE MÉDAILLE

Bernard Duroux, habitant de Saint André d’Huiriat, s’est vu remettre par son maire Michel Dubost la médaille de la Défense Nationale avec agrafes (Défense) et essais nucléaires pour la réalisation de son service dans le Sud de l’Algérie (à In Amguel dans le Sahara) entre 1965 et 1966.

Texte et photos : Éric Bernet

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *