Auvergne-Rhône-Alpes : La Région soutient les actions communes entre les entreprises et les laboratoires

Catherine Staron en présence de Jean-Luc Moullet a lancé officiellement le programme régional « Pactes de recherche Auvergne-Rhône-Alpes ».
De gauche à droite : Sophie Trontin Berthaud, Catherine Staron et Jean-Luc Moullet

DoubleRecordduMondeSaintDidier230724
DoubleRecordduMondeSaintDidier230724
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Le programme a été introduit à l’occasion d’une présentation du dispositif et des premiers lauréats, sur le site du CNRS Délégation Alpes à Grenoble.

Ce nouveau programme régional soutient les entreprises d’Auvergne-Rhône-Alpes dans leurs actions de R&D de long terme, menées conjointement avec les laboratoires publics de la région. En renforçant les laboratoires communs public-privé, il vise à assurer la compétitivité des entreprises et produire des résultats scientifiques de haut niveau.

Ce programme permet aux binômes Entreprise – Laboratoire de mener des travaux plus ambitieux ou de pérenniser leur collaboration en mobilisant des moyens additionnels pour mener des activités de recherche supplémentaires.

Concrètement, la Région soutiendra jusqu’à 120 000 € l’entreprise et 200 000 € l’organisme de recherche engagées dans un partenariat de R&D de long terme en Auvergne-Rhône-Alpes. Ce soutien conjoint au laboratoire et à l’entreprise est unique en France et viendra appuyer des projets reconnus d’excellence qui s’inscrivent dans l’une des quatre filières d’excellence ou l’un des treize secteurs clés de la Région.

Pour Catherine Staron, Vice-présidente déléguée à l’Enseignement supérieur, à la Recherche et à l’Innovation : « La Région Auvergne-Rhône-Alpes est convaincue que les partenariats public-privé sont essentiels pour renforcer la compétitivité de nos entreprises, leur capacité à innover et à créer des emplois sur notre territoire. C’est dans cet esprit que nous lançons le programme « Pactes de recherche Auvergne-Rhône-Alpes » : le meilleur de nos laboratoires publics et de nos entreprises, sur la durée, pour faire de la recherche et de l’innovation un levier de croissance et produire des résultats scientifiques de haut niveau ».

Pour Jean-Luc Moullet, Directeur général délégué à l’innovation du CNRS : « Le CNRS a l’ambition de mettre la recherche fondamentale au service de la société, et, dans ce cadre, le renforcement des relations entre recherche publique et entreprises est un axe déterminant. Le développement de telles relations permet aux entreprises de renforcer leurs innovations, et par là-même leur compétitivité. Il offre aussi aux laboratoires publics des perspectives de recherche directement tirées de préoccupations industrielles. Le format, souple et structurant, des laboratoires communs est notamment un cadre favorable pour le développement de telles relations partenariales public-privé. Le CNRS se réjouit donc du lancement du programme « Pactes de recherche Auvergne-Rhône-Alpes » initié par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et des moyens qu’il apporte au renforcement de la compétitive des entreprises régionales en liaison avec la recherche publique ».

FOCUS SUR LES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES SOUTENUS PAR LA RÉGION AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

  • L’entreprise Géolithe et le laboratoire ISTerre (Institut des Sciences de la Terre, unité mixte de recherche CNRS, UGA, USMB et IRD) : Leur projet (GEO3ILab) vise à améliorer très significativement la compréhension et la gestion des risques naturels et des ouvrages de génie civil, en développant des technologies et méthodologies innovantes pour surveiller les instabilités et prédire leur évolution. Concrètement, ces développements permettront d’améliorer la sécurité des personnes et des infrastructures impliquées dans des zones à risques (falaises, zones de glissements de terrain, zones instables de permafrost de montagne, etc.).
  • L’entreprise Rheonova et le laboratoire Rhéologie et Procédés (LRP, unité mixte de recherche CNRS et UGA) : leur projet (MUCUS3) vise à développer de nouveaux tests biophysiques afin de suivre l’effet de thérapie pour les pathologies pulmonaires chroniques et obstructives, comme la mucoviscidose et la BPCO (Bronchopneumopathie chronique obstructive). Grâce à la maitrise de la mesure fine des propriétés rhéologiques des fluides biologiques comme le mucus, le projet permettra à terme de disposer d’une méthode supplémentaire mobilisable lors du développement de nouveaux traitements de ces pathologies pulmonaires et d’un test d’efficacité thérapeutique pour une meilleure prise en charge des patients.
  • L’entreprise Tivoly et le laboratoire de Tribologie et Dynamique des Systèmes (LTDS, unité mixte de recherche Ecole Centrale de Lyon, CNRS et ENTPE) : leur projet (OUTIVOLYON) vise à disposer d’un procédé innovant d’usinage de pièces métalliques qui permettra de réduire le nombre d’opérations de fabrication. Les moyens expérimentaux et des logiciels avancés d’ingénierie virtuelle développés et maitrisés par les partenaires permettront de garantir un procédé efficace et la production de pièces conformes aux hauts standards mécaniques et fonctionnel requis dans les industries à forte valeur ajoutée comme l’aéronautique.

L’ensemble des informations et conditions d’éligibilité est disponible sur le site de la Région :
https://www.auvergnerhonealpes.fr/aides/financer-les-laboratoires-en-communavec-des-entreprises-pactes-de-recherche-auvergne-rhone

Communiqué de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *