Ain : La lutte contre l’ambroisie continue

La Préfecture de l’Ain et l’ARS rappellent les fondamentaux face à cette plante allergisante.
DoubleRecordduMondeSaintDidier230724
DoubleRecordduMondeSaintDidier230724
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Depuis le printemps, est réapparue l’ambroisie, cette plante envahissante et très allergisante.

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, la plus touchée de France, plus de 700 000 personnes sont allergiques à ses pollens dont 55 000 personnes dans l’Ain. L’ARS qui pilote le dispositif régional de lutte contre cette plante, s’appuie notamment sur un réseau de plus de 3 000 référents communaux et intercommunaux, animée par FREDON Auvergne-Rhône-Alpes.

Néanmoins, collectivités, professionnels et particuliers, nous avons tous un rôle à jouer pour lutter contre l’ambroisie, en signalant ou détruisant les plants avant qu’ils ne fleurissent et libèrent leurs pollens.

RECONNAITRE L’AMBROISIE

En France il existe trois espèces d’ambroisie faisant l’objet d’une surveillance dont l’ambroisie à feuilles d’armoise (ambrosia artemisiifolia) capable de se développer rapidement dans tout type de milieux (parcelles agricoles, bords de route, chantiers, friches, etc).

Les feuilles de l’ambroisie sont assez caractéristiques :

  • Profondément découpées,
  • Vertes sur les deux faces,
  • Absence d’odeur aromatique (contrairement à l’armoise annuelle avec laquelle on peut la confondre),
  • La tige est plutôt rougeâtre et couverte de poils blancs.

Elle évolue dans la saison pour devenir, au moment de la floraison, un buisson qui peut atteindre plus d’un mètre de haut.

Sa destruction obligatoire est assurée notamment par des agents communaux…

Actuellement, la lutte est encadrée par un arrêté préfectoral dans chaque département de la région qui rend obligatoire la destruction de l’ambroisie. Un réseau de référents communaux et intercommunaux constitué de plus de 3 000 agents, dont 350 dans l’Ain. Par ailleurs, les gestionnaires de grands linéaires, les professionnels agricoles, du BTP, etc. sont également engagés dans la lutte contre l’ambroisie. En Auvergne-Rhône-Alpes, 34% des destructions concernent les bords de route et 33% les chantiers.
(Source : Plateforme Signalement-Ambroisie – données 2021).

… mais chacun peut avoir un rôle et notamment les particuliers invités à lutter contre la prolifération de l’ambroisie dans leur jardin !

Tout propriétaire, locataire, exploitant, gestionnaire, occupant d’un terrain doit l’entretenir de manière régulière et adaptée afin d’empêcher la prolifération des pieds d’ambroisie et ainsi réduire l’émission de pollens et les stocks de graines dans les sols.

Comment faire ?

  • L’arracher soi-même :

Après vous être assuré qu’il s’agit bien de pieds d’ambroisie, vous pouvez l’arracher – avant la période des pollens – et laisser le plant sur place après arrachage. Il est fortement recommandé de vous protéger afin d’éviter toute réaction allergique en portant une paire de gants et des lunettes ; portez un masque en cas de sensibilité plus forte. Il est recommandé pour les personnes allergiques ou très sensibles de déléguer cette tâche à un membre de leur entourage.

  • Ou signaler sa présence :

S’il ne vous est pas possible de l’arracher vous-même ou bien si vous détectez beaucoup de plants en dehors de chez vous, utilisez la plateforme signalement ambroisie ou appelez le numéro de signalement : 0 972 376 888.

Les signalements déclarés sur la plateforme sont transmis automatiquement au maire et à son référent communal, pour vérification et destruction des plants.

Si vous avez un doute concernant l’identification de la plante, envoyez une photo par mail à l’Observatoire des ambroisies : contact@signalement-ambroisie.fr

En savoir plus : https://www.auvergne-rhone-alpes.ars.sante.fr/ambroisie-dispositifs-pour-se-proteger-et-lutter-contre-sa-proliferation

Communiqué de la Préfecture de l’Ain

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *