Vœux : Découvrez le discours de la conseillère départementale Mireille Louis à l’occasion de la Nouvelle Année

Cette élue de terrain, binôme de Christophe Greffet, a accepté de nous délivrer les éléments, souvent pratiques et proches des usagers, qu’elle présente aux cérémonies municipales de début d’année.
MFRBagePo2023
MFRBagePo2023
Précédent
Suivant

« Madame le Maire,

Monsieur le conseiller départemental et Président de la communauté de communes de la Veyle,

Mesdames et Messieurs les maires adjoints et conseillers municipaux,

Mesdames et messieurs les élus des communes voisines,

Mesdames et Messieurs les représentants de la gendarmerie et du corps des sapeurs-pompiers

Mesdames et Messieurs les Présidents d’associations,

Mesdames et messieurs,

Voilà deux années qu’un virus invisible nous privait de cette cérémonie de vœux, c’est donc avec beaucoup de plaisir que je vous retrouve aujourd’hui et que je remercie le maire de me donner l’occasion de m’exprimer.

L’année 2022 restera dans les mémoires comme une année, on ne peut plus, compliquée entre guerre, dérèglement climatique, crise énergétique, inflation mais étant d’un naturel optimiste je veux, en ce début d’année, croire en la résilience humaine et en sa capacité à trouver des solutions pour rebondir et améliorer son quotidien.

Le Département, que je représente, est au cœur de ce quotidien et durant cette année, malgré la crise, nous avons travaillé, voté des rapports pour que ce département en pleine croissance démographique et essor économique réponde à vos attentes en matière d’infrastructures, d’équipements, de loisirs, de culture, d’aides aux particuliers, aux associations…

Je voudrais juste rappeler les mesures importantes que nous avons prises cette année comme la contractualisation qui permet à chaque commune ou intercommunalité qui le souhaite de déposer un dossier par an pour mener à bien un projet structurant, cette enveloppe de 24 millions € d’euros a permis à votre commune d’avoir une aide de plus de 10 000€ pour réhabiliter le parvis de l’école.

En matière d’équipement collectif, pour améliorer l’isolation de nos collèges qui commencent à être anciens et vétustes, nous avons voté une enveloppe de 2 760 000€ pour le collège de Vonnas et une de 2 076 000 € pour celui de Pont-de-Veyle. Ceci devrait, une fois les travaux réalisés, avoir deux effets : alléger les factures de viabilisation et économiser les ressources naturelles.

De plus, pour palier à l’explosion du prix des énergies, le conseil départemental, pour ne pas mettre en péril les fonds propres des collèges a décidé d’augmenter leur subvention de fonctionnement de 15%.

Au-delà de ces aides, Christophe et moi souhaiterions, et nous le rappelons régulièrement lors des sessions, que les bâtiments appartenant au Département deviennent des lieux de production d’énergie en équipant leurs toits de panneaux photovoltaïques. Cet investissement est indispensable pour engager la transition énergétique.

En matière de transition écologique, les déplacements de proximité pour visiter nos commerçants au centre du village ou dans le bourg d’à côté pourraient se faire en vélo. Encore faudrait-il que les routes soient sécurisées, c’est pourquoi nous demandons que les départementales soient équipées de sur largeur et que les voies douces se développent plus rapidement.

Mais comme je le dis souvent la principale mission du département est humaine et le social représente près de 50% de son budget total.

Dans un département qui ne cesse de gagner en habitants les besoins sont immenses et le département fait face.

Au-delà de payer les allocations de solidarité telles le RSA, l’Allocation Personnalisé d’Autonomie (APA), le Fonds d’aide aux jeunes, ou encore la Prestation de Compensation du Handicap (PCH), on lui confie également des enfants, ceux que la vie n’a pas épargné, qui n’ont pas eu la chance de naître dans un foyer doux et équilibré, je veux parler des enfants qui lui sont confiés par décision de justice.

Le Département dispose de plusieurs solutions : les foyers comme la maison de l’enfance qui a été entièrement rénovée, les travaux d’un montant de 7,9 millions d’euros ont été achevés cette année, j’ai eu la chance de visiter des locaux accueillants, fonctionnels lors de l’inauguration.

Mais la meilleure solution pour ces enfants souvent cabossés par la vie reste la famille d’accueil, l’Ain en manque, elle en cherche activement, jusqu’à présent les indemnités proposées aux accueillants n’étaient pas très motivantes, en décembre, nous les avons fortement réévalué.

La population la plus âgée et la plus dépendante augmente également dans notre département, les gens souhaitant rester le plus longtemps possible chez eux, ils ont besoin d’aidants dans leur quotidien. Les associations d’aide à domicile ne parviennent pas toujours à répondre aux sollicitations faute de personnels. Ce métier difficile, peu attractif financièrement méritait un coup de pouce. L’Ain a donc acquis 1000 véhicules, la plupart électriques, qu’il va confier aux associations de manière à ce que les personnels n’utilisent pas leur propres véhicules pour aller d’un client à l’autre.

En attendant la livraison de tous ces véhicules et pour palier à l’augmentation du prix des carburants, les indemnités de déplacements ont été revalorisées. Je veillerai à ce que cette augmentation soit maintenue pour les personnels n’ayant pas accès aux véhicules de service.

Dans le domaine du social, notre département qui gagne annuellement 6000 habitants souffre cruellement d’un manque de médecins, un nombre important d’Aindinois n’a plus de médecins traitants, tout comme certains EHPAD pour leurs résidents.

Le département a mis en place une politique pour recruter des médecins salariés mais ils tardent à venir. Christophe et moi, évoquons l’idée de créer des binômes médicaux composés d’un médecin et d’un ou d’une infirmière, ce ou cette dernière prendrait en charge l’administratif, les recueils de données, laissant au médecin le soin de poser le diagnostic.

Cela lui permettrait de voir plus de patients dans une journée et de se concentrer sur son cœur de métier.

Voilà un résumé non exhaustif de nos actions, je reste, bien sûr, à votre disposition tout au long de l’année pour répondre à vos interrogations.

Il me reste à vous souhaiter une excellente année 2023, je souhaite à chacun d’entre vous ce qui est aux yeux de tous, je pense, une excellente santé, mais aussi plein de petits et de grands bonheurs qui font que la vie est belle.

J’espère que la paix reviendra rapidement dans ce monde devenu un peu fou, que nous arriverons à être collectivement raisonnables pour ralentir ce réchauffement climatique qui engendre les catastrophes climatiques que nous avons connues cette année.

Je fais aussi cette année un vœu pour les femmes et plus particulièrement pour les iraniennes pour qu’elles gagnent leur combat pour la liberté.

La tradition veut que l’on termine par une citation, celle que j’ai choisie cette année a été écrite par une femme Laurence Devillairs qui traduit l’espoir qui subsiste en chacun de nous :

« Il y a en nous un espoir qui ne veut pas être déçu, qui nous fait voir plus loin, croire en l’incertain et tabler sur demain. L’espoir a toujours raison. »

Belle année, belle soirée, merci de votre présence et de votre écoute. »



Partagez cet article !