Veyle : Nicolas Cavaillès à la rencontre de ses lecteurs pour présenter son nouvel ouvrage

L’auteur vous donne rendez-vous le vendredi 1er décembre à 20h au château de Pont-de-Veyle pour présenter son dernier ouvrage.

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Nicolas Cavaillès revient sur ces terres natales pour présenter son nouvel ouvrage « Les ombres opposées » lors d’une soirée où ses lecteurs pourront échanger avec lui et faire dédicacer leurs livres. Agnès Renoud-Lyat, Vice-présidente à la culture de la Communauté de communes, se dit ravie de recevoir une nouvelle fois cet auteur talentueux et de proposer cette soirée aux habitants de la Veyle. Cette rencontre s’organise en partenariat avec la librairie Le Cadran Lunaire de Mâcon qui interrogera l’auteur sur son univers et qui proposera sur place son dernier livre à la vente.

Né en 1981 à Saint-Jean-sur-Veyle, l’écrivain Nicolas Cavaillès est docteur des lettres, essayiste, traducteur (spécialiste de l’œuvre du philosophe roumain Emil Cioran), directeur de la maison d’édition Hochroth-Paris qui consacre son activité à la poésie.

Attaché à sa terre natale, Nicolas Cavaillès y puise les sources historiques de personnalités aux destinées hors normes. Dans « Vie de Monsieur Leguat », il nous conte le destin exceptionnel de ce gentilhomme bressan, né, comme lui, à Saint-Jean-sur-Veyle, en 1638. Propriétaire agricole, ce huguenot fut contraint à un exil qui le mènera d’Amsterdam à une île de l’océan indien, à bord de l’Hirondelle… un livre lauréat du Prix Goncourt de la Nouvelle, en 2014. Nicolas Cavaillès a également obtenu le Prix Gens de mer 2015 pour son livre « Pourquoi le saut des baleines » et la mention spéciale du jury du Prix Françoise Sagan pour « Les huit enfants Schumann » en 2017.

Au travers de son « Cycle de vies perpendiculaires », Nicolas Cavaillès explore les frontières de l’histoire et de la fiction. Son huitième ouvrage, « Les ombres opposées », qu’il nous présentera ce vendredi 1er décembre au château de Pont-de-Veyle, nous entraîne dans la Venise bressane du Siècle des Lumières. Deux destinées s’y opposent.

D’une part, celle de l’aristocrate Antoine de Ferriol de Pont-de-Veyle, mondain parisien que la généalogie propulsa comte de cette lointaine terre de Bresse, dès l’âge de six ans. Le lecteur du roi s’en séparera en 1737, privilégiant sa passive oisiveté dans les salons parisiens, les salles de spectacles, côtoyant Maurepas et Voltaire..

D’autre part, celle du révolutionnaire pont-de-veylois, Jean-Louis Carra, qui quitta sa Bresse natale pour Paris. « Vivre libre ou mourir », telle est sa devise. Sa passionnelle quête de reconnaissance sociale, comme « homme de lettres et révolutionnaire fiable », sous couvert du combat pour la Liberté, révélée dans son dernier serment, le conduisit à l’échafaud..

Communiqué de la Communauté de Communes de la Veyle

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !