Territoire de la Veyle : « La transition écologique est une ardente obligation à laquelle l’intercommunalité prend toute sa part » a déclaré Christophe Greffet

Le Président de la Communauté de communes de la Veyle (CCV) a récemment reçu la presse pour développer des points présentés aux vœux communautaires de vendredi dernier.
240610_ESMP_JPO-29-JUIN-2024_HD_page-0001
240610_ESMP_JPO-29-JUIN-2024_HD_page-0001
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

RÉNOVATION DES CENTRES SPORTIFS

Successivement, les gymnases de Pont-de-Veyle, Mézériat et Vonnas ont ou seront rénovés pour un coût total de quatre millions d’euros. « Il s’agit d’un engagement d’avant la crise énergétique. Ces rénovations permettront une économie d’au moins 30 % de nos consommations énergétiques ainsi qu’une amélioration très nette du confort des utilisateurs » précise Christophe Greffet. « Dans le cadre de l’accueil en France de grands événements sportifs, type Coupe du Monde de rugby puis Jeux Olympiques d’été, tout un chacun doit pouvoir accès à des équipements sportifs de qualité » ajoute-il. Dans le même ordre d’idée,  le terrain synthétique du Malivert à Laiz sera prochainement rénové alors qu’une étude énergétique sera mise en œuvre pour la salle de l’Escale à Saint Jean-sur-Veyle.

Conscient du dynamisme associatif de son territoire, le Président de la CCV écarte néanmoins l’idée d’un cinquième gymnase à court terme. « Il faut déjà rationnaliser l’utilisation des quatre premiers » assure-t-il.


PETITES VILLES DE DEMAIN

Dans le cadre de ce dispositif étatique, les communes sélectionnées de Vonnas (et par extension Mézériat) et de Pont-de-Veyle (et par extension ses quartiers proches : Samiane sur Crottet et Dîmes sur Laiz) vont bénéficier d’une Opération programmée d’amélioration de l’habitat de type « rénovation urbaine » (OPAH – RU). Il va ainsi être possible pour les propriétaires de rénover son logement voire de le remettre sur le marché par une conjugaison des moyens (commune, intercommunalité, Département et Agence nationale de l’amélioration de l’habitat – Anah).

« On souhaite également mettre en place un dispositif à l’échelle des 18 communes qui permettra d’accompagner les rénovations de toitures et de façades avec charte couleur et chromatique » explique le Président.


MOBILITÉ DOUCE

La V50, encore en cours de travaux, s’étendra sur 11 kilomètres du Pont François Mitterrand au Pont d’Arciat. « Elle sera livrée au printemps » prévient Christophe Greffet qui y voit une source de mobilité douce au quotidien mais aussi un enjeu touristique avec la proximité de la base de loisirs de Cormoranche-sur-Saône. « Cette vélo-route sera conçue avec un ruban de sable servi par un liant écologique dont les matières sont produites localement »explique le Président de la CCV.

« Cette voie sera interdite aux engins motorisés. Pour les chevaux, c’est à l’usage qu’on pourra se déterminer » prévient Christophe Greffet qui devait recevoir le soir-même (Ndlr : mardi dernier) différents associations équestres pour échanger sur ce point.

Une seconde vélo-route, la voie Veyle, sera développée à l’horizon 2024. « Il s’agit d’une pénétrante d’Ouest en Est en parallèle de la rivière « Veyle » qui sera conçue par tronçons » précise Christophe Greffet.

2023, ANNÉE DU VÉLO

« Tout d’abord, le plan « Savoir rouler à vélo » va se poursuivre. Il compte environ 500 élèves de primaire formés par an. Il vise à développer l’autonomie sur la voie publique. E n’est pas inné le vélo ! » explique cet élu. « Ensuite, il y aura différents événements autour du vélo où chacun pourra trouver sa place. Cela va d’animations avec les différents clubs cyclo-sportifs du territoire à une arrivée d’étape d’une épreuve reine du calendrier professionnel en juin prochain à Cormoranche-sur-Saône » détaille Christophe Greffet.

« Les mobilités douces seront aussi recherchées au sein du répertoire de routes de chaque commune pour des travaux d’aménagement à partir de 2024 » poursuit le premier édile de Saint Genis-sur-Menthon.

Le Président Christophe Greffet a conclu l’entretien sur un mot d’économie. « Le développement de la ZA Veyle Nord, résultat de cinq années de travail, va déboucher sur la création d’une centaine d’emplois dans un premier temps. C‘est de cette manière qu’on nourrit ces projets locaux » a-t-il dit.

Texte et photo : Éric Bernet

Photo d’accueil : Christophe Greffet a reçu la presse dans le salon d’honneur du château de Pont-de-Veyle.

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !