Saint André d’Huiriat : Un « petit » concours de labour

Les « Jeunes Agriculteurs » du secteur Bâgé – Pont-de-Veyle avaient délibéremment décidé de « lever le pied » en 2023 suite à une année 2022 très chargée.
LANDRIX
JOB-DATING-2024_HD_page-0001
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Quatre événements, dont la fête de l’agriculture à Bâgé-Dommartin, avaient émaillé l’année 2022. Le Président Quentin Morrier et son équipe avaient ainsi décidé de « récupérer » cette année pour repartir de plus belle en 2024, qui plus est, avec un nouveau Bureau.

De plus, le passage d’un dimanche à un samedi, la concurrence avec d’autres manifestations ou encore la pluie ont restreint l’auditoire (participants et spectateurs) de ce concours cantonal.

Ainsi, seuls 11 concurrents ont participé à ce concours. Le saint-cyrien Thomas Morel l’emporte devant le bâgésien Antoine Bourret et l’huiriati Nolan Journau.

Thomas et Nolan représenteront le secteur au concours départemental qui se tiendra à Saint Martin de Bavel (au pied du Grand Colombier) le dimanche 20 août prochain.

Le Président Quentin Morrier n’a pas manqué de remercier les bénévoles ainsi que le Gaec des Culards pour le prêt de la parcelle.


PAROLES D’ELUS

Michel Dubost, maire de Saint André d’Huiriat : « Il reste seulement quatre-cinq agriculteurs sur ma commune qui ne compte pas de friches. Votre rôle est toujours aussi important : vous nourrissez la planète ! »

Christophe Greffet, notamment conseiller départemental du canton de Vonnas : « Ce concours de la bour fait partie des traditions locales. Nolan et Thomas vont représenter le territoire aux épreuves départementales. Bravo à eux ! (…) Le Plan local d’urbanisme intercommunal (Plui) de la Veyle tend à renforcer le foncier agricole. Nous accueillerons à l’avenir autant d’habitants mais de manière différente. Un plan alimentaire territorial (Pat) est également construit à l’échelle de ce territoire. »

Hugo Hamel, représentant départemental des Jeunes Agriculteurs : « La profession manque de rémunération. On vend presque à perte à cause de gens au-dessus de nous qui déterminent les prix. Or la souverainteté alimentaire et le « manger français » sont primordiaux (…) Il y a beaucoup de jeunes dans les lycées agricoles mais peu s’installent. Les syndicats continueront de se battre pour la profession ! »

Texte et photos : Eric Bernet

Photo d’accueil : Le podium du concours local de labour.

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !