Pont-de-Veyle : Une séance de dédicace de Nicolas Cavaillès, enfant prodige du pays

Cette séance s'est déroulée ce vendredi soir dans le salon d'honneur du château de Pont-de-Veyle.
PUB
Slide
PoEsmp090324_page-0001
Précédent
Suivant

Nicolas Cavaillès est un écrivain né en 1981 à Saint-Jean-sur-Veyle. Il est également traducteur du roumain.

Cette présentation du livre de Nicolas est née sur l’idée de la bibliothèque de Saint-Jean-sur-Veyle, et dont l’animation a été confiée à Jean-Marc Brunier de la librairie « Le Cadran lunaire » à Mâcon. Ce projet est soutenu par la Communauté de Communes de la Veyle. Le libraire connait l’auteur depuis fort longtemps car Nicolas fréquentait sa librairie lorsqu’il était lycéen…

Le thème même du livre implique le lieu choisi pour la séance de dédicace. En effet, son livre, « Les Ombres opposées », relate les vies de deux personnages nés à Pont-deVeyle, à l’époque de la Révolution française de 1789.

L’un, Antoine de Ferriol, Comte de Pont-de-Veyle, possédait le château de la ville. De nature oisive, et sans soucis d’argent, il a été entre autres, lecteur de la chambre du Roi et a écrit quelques pièces de théâtre. Monsieur de Pont-de-Veyle – ainsi se faisait appeler Antoine – a traversé l’Ancien Régime en vivant de fonctions honorifiques proposées par son réseau aristocratique. L’ennui et le divertissement étaient les deux mamelles qui irriguaient sa vie. Il préféra les leçons de sa sœur adoptée plutôt que les enseignements de son percepteur et des maîtres du collège de Clermont, dit Louis-le-Grand. Toutefois, sur les bancs de l’école, il croisa un camarade qui se fera appeler plus tard Voltaire et dont il a partagé sa passion théâtrale. Il meurt peu avant la Révolution.

L’autre, Jean-Louis Carra, était un roturier et a fait professions d’écrivain, de journaliste et d’homme politique. Il commença des études au collège des Jésuites de Mâcon, qui furent brusquement interrompues à la suite d’une accusation de vol portée contre lui. Cela ne l’empêcha pas de devenir écrivain au département des imprimés de la Bibliothèque du Roi, puis bibliothécaire. Il participa aux suppléments de la Grande Encyclopédie et fut un protégé de Voltaire et Diderot. Il fut élu député de Saône-et-Loire à la Convention Nationale. Menteur, prétentieux, paranoïaque, égocentrique, il eut plusieurs vies en une. Il voyagea beaucoup, en particulier en Europe de l’est. Il écrivit même une « Histoire de la Moldavie ». Girondin pour les Montagnards et Montagnard pour les Girondins, il finit sur l’échafaud en 1793.

Le décalage de génération entre les deux hommes, fait que le récit se situe en amont et en aval de la révolution. Les deux personnages sont des anti héros et des anti Lumières. Dans la vraie vie, ils ne se sont jamais croisés.

« Les excès d’une génération entraîne les excès de la suivante, en sens inverse » dixit Nicolas Cavaillès.

Dans ce récit historique, il y a deux histoires dans la grande où s’écoule le temps de la Révolution qui font miroirs aux deux rives entre lesquelles s’écoulent la Veyle. Il est l’aboutissement d’une longue gestation mais aussi de longues recherches documentaires. Nicolas Cavaillès connaissait le personnage de Monsieur Pont-de-Veyle, mais a découvert celui de Carra dans un livre d’histoire écrit par Stefan Lemny, historien roumain naturalisé français.

Jean-Marc Brunier juge ce livre d’œuvre littéraire, et remarque qu’il contient quelque espièglerie relative à des éclairages sur notre époque. À cela, Nicolas Cavaillès répond que si comparaisons il y a, elles ne sont jamais explicites mais suggérées au lecteur qui reste libre de ses interprétations. Bien qu’il écrive dans un style non daté, il reste un homme du XXIème siècle, et donc quelques « glissades » apparaissent dans ses livres. Il précise même, que dès le début de l’écriture, il a enlevé ce qui pouvait paraître critique de notre époque. Toutefois, il s’empresse d’ajouter que depuis deux décennies, la France reste coupée en deux…

Des lectrices et lecteurs commentent le livre en précisant qu’il est dense et riche, que le texte est concis et très bien écrit. Les personnages sont passionnants.

Bref un très bon livre, que je vous invite à lire…

Son livre : « Les Ombres opposées » 
Éditions Corti, 78 pages – ISBN : 978-2-7143-1292-1 – 15 €


Du même auteur :

Vie de Monsieur Leguat, éd. Sonneur, 2013

Pourquoi le saut des baleines, éd. Sonneur, 2015

Les Huit Enfants Schumann, éd. Sonneur, 2016

Le Mort sur l’âne, éd. Sonneur, 2018

Chestov & Schwarzmann, éd. Black Herald Press, 2019

Rotroldiques, éd. Marguerite Waknine, 2019

Le Temps de Tycho, éd. Corti, 2021

À savoir :

Nicolas Cavaillès, Docteur ès-lettres, a remporté le Prix Goncourt de la nouvelle en 2014, pour son livre « Vie de monsieur Leguat » et le Prix Gens de mer avec « Pourquoi le saut des baleines », en 2015. Éditeur de la Pléiade.

Librairie « Le Cadran Lunaire »
27 Rue Franche – 71000 Mâcon
Téléphone : 03 85 38 85 27
Courriel : cadran.lunaire@wanadoo.fr
Site internet : https://www.cadran-lunaire.fr/

Texte & photos : Frédéric Chalot

Photo d’accueil : L’écrivain Nicolas Cavaillès (au centre) entouré d’Agnès Renoud-Lyat (à droite), maire de Saint Jean-sur-Veyle et Vice-Présidente de l’intercommunalité chargée notamment de la Culture et de Jean-Marc Brunier (à gauche) de la librairie « Le Cadran Lunaire ».

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !