Pont-de-Veyle : « Le Vin des nazis » au programme d’une conférence

La Communauté de communes de la Veyle et l’association « Histoire et Patrimoine » organisent une conférence intitulée « Le Vin des Nazis » par Christophe Lucand, samedi 4 novembre à 14h30, salle annexe de la mairie de Pont-de-Veyle.

LANDRIX
JOB-DATING-2024_HD_page-0001
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Le « plus précieux des trésors de France » selon Hermann Goering : ses vins. Dès 1940, Berlin nomme des « Weinfürher » en charge de la collecte, qui se révèlera un véritable pillage, des produits des vignes françaises. C’est ce pan d’histoire que Christophe Lucand racontera à son auditoire.

C’est une histoire que l’on a préférée oublier… Jusqu’à ce que Christophe Lucand, Historien et Maître de conférences à Science-Po Paris, par ses travaux, la remette en lumière dans son ouvrage Le Vin des nazis, qu’il présentera à Pont-de-Veyle. La Communauté de Communes de la Veyle et l’association « Histoire et Patrimoine » ont souhaité convier cet historien qui nous dévoilera cette histoire, aussi incroyable que méconnue, qui débute dès 1940 avec la mise en place de l’État de Vichy.

Les vins français font l’objet d’une attention toute particulière des nazis : lors de la découpe en deux parties de la France – le « grenier du IIIe Reich » – ils ont veillé à inclure dans la zone occupée les vignobles de Champagne, Bourgogne, Bordeaux et Cognac. Leur objectif : soutenir l’effort de guerre et le moral de la Wehrmacht, abreuver le peuple allemand, les bonnes tables et les caves des fonctionnaires du régime, Goering en tête. S’assurant, par des rémunérations conséquentes, la collaboration de l’État français, des négociants et domaines viticoles renommés, les experts en vin -ou Weinführer – ont structuré tout un réseau visant à piller les productions vinicoles françaises. Ils ont ainsi organisé la pénurie, le rationnement et l’inflation sans précédent de ce produit central de la vie quotidienne des français, générant des centaines de millions de francs.

Chercheur associé à la Chaire UNESCO « Culture et tradition du Vin », Christophe Lucand a consacré une thèse aux Négociants en vins de Bourgogne : itinéraires, familles, réseaux, de 1880 à nos jours. Il est l’auteur de l’ouvrage Le Vin des nazis, publié en mars dernier, qu’il dédicacera à l’issue de cette conférence.

Entrée libre

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !