Mâcon : Focus sur… Bertrand Pillon et son entreprise Yaka Events

« Focus sur … » est une nouvelle rubrique dont l’objectif est de mettre en avant des aindinois qui ont choisi Mâcon pour développer leurs activités.

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

… De Perrex à Mâcon, en passant par Lyon ?

BP : « Effectivement, Je suis natif de Perrex dans l’Ain, non loin de Vonnas.  Mes parents sont toujours à Perrex, retraités maintenant. Ma mère était secrétaire comptable dans une grande entreprise et mon père directeur commercial chez Lamberet à Saint-Cyr-sur- Menthon. Après une scolarité traditionnelle, j’ai continué sur un DUT en développement d’informatique industrielle (Alimentec à Bourg-en-Bresse), ce qui m’a conduit à travailler pendant cinq ans à Lyon dans le développement informatique d’automates dans le monde ferroviaire. »

 
… Et après ces cinq ans dans cet univers de transports ferroviaires ?

BP : « J’ai éprouvé le besoin de reprendre mes études pour faire un BAC+5 « Master en management des organisations sportives » à l’UFR Staps de l’Université Lyon 1. Cela m’a permis de découvrir le métier de l’événementiel sportif et particulièrement, au travers des stages, le chronométrage sportif qui me permettait de garder un lien avec mon expérience informatique et mes nouvelles compétences liées au sport.
Dans la foulée, en 2008, j’ai créé mon entreprise car, c’était là, l’objectif de la reprise de mes études. »
 
…D’où l’anniversaire que vous venez de fêter le 28 janvier : 15 ans déjà ! Dans quelles spécialités précisément ?

BP : « Nous nous intéressons aux sports individuels, mais dans une pratique de masse, sur de très grands regroupements de type marathon, cyclosportive… où l’on a au minimum de 300 à 600 participants et sur lesquels nous pouvons monter jusqu’à 20 000 participants. Ceci étant pour notre activité chronométrage, car, comme je l’ai dit, quand j’ai créé l’entreprise, j’avais découvert le chronométrage sportif qui me permettait de faire le lien avec mes compétences informatiques. Allié avec le management d’organisations sportives, nous avons donc deux entités : Yaka Events et Yaka Chrono, ce dernier nous permettant, aussi, de faire de la prestation de services pour les organisateurs d’évènements sportifs. Actuellement, ces deux activités s’équilibrent. Il faut savoir que, sur la partie chronométrage, nous couvrons 150 évènements dans l’année, soit trois par week-end sur la France et à l’étranger : sur Suisse et les pays limitrophes. Au Maroc également, le marathon de Douala au Cameron et dernièrement au Nicaragua qui reste quelque chose d’un peu exceptionnel. Ça va de la petite course de 300 participants, aux manifestations internationales comme le Marathon du Beaujolais qui compte environ 18 000 participants.


Dans la partie événementielle, qui représente 50% du chiffre d’affaires, nous avons les activités dites « internes » qui touchent les relations humaines. C’est un peu tendance d’emmener ses salariés faire des stages de cohésion d’équipe ou de management. Dans les évènements dits « externes » nous allons faire des inaugurations de nouvelles structures, du lancement de nouveaux produits comme pour les concessionnaires automobiles par exemple. Nous faisons de l’animation micro en foires et salons avec Julien, au SPOT pour le salon « Maison et Déco », salon de l’habitat… Nous suivons toujours le rugby de Mâcon, les courses hippiques de Chatillon-sur-Chalaronne et beaucoup d’autres animations sur tout le territoire ! »


… Ça, c’était le présent ! Passons au futur, proche ou lointain… vos rêves ?

BP : « Les projets d’avenir font face à un problème de recrutement. Nous recherchons des profils sur l’activité de chronométrage, ce qui n’est pas facile, car il faut avoir de solides connaissances en informatiques, aimer le sport et aimer, aussi, travailler les week-ends ! Il est vrai que nous sommes plus dans le métier « passion » que dans le métier « rémunération » ! Ce n’est pas facile, comme dans beaucoup d’autres activités où l’on subit des amplitudes horaires un peu larges. Actuellement nous sommes six permanents et une dizaine d’intervenants extérieurs qui aident suivant les besoins.


L’avenir passe donc par le recrutement pour pouvoir se développer. Aujourd’hui, les JO 2024 arrivent en France, on espère pouvoir travailler un peu dessus. Il y a aussi d’autres opportunités sur lesquelles nous avons ouvert quelques dossiers.
Nous sommes également « producteurs » d’évènements sportifs, dont votre média « l’Aindépendant – Veyle Infos » est partenaire : le marathon Bresse-Dombes qui aura lieu le 7 mai. Un évènement vraiment grandissant où nous espérons avoir plus de 2 000 participant sur les différents formats de courses et de marches.


Ce samedi 11 mars, nous organisons un trail qui a lieu au Plan d’Hotonnes sur le plateau de Retord : « l’Hivernal Retord Trail », où l’on crée un format original de trail de nuit et de biathlon-trail, unique en France ! On a d’autres projets de ce type sur le territoire, mais… Je n’en dirais pas plus pour l’instant !


Actuellement nous sommes dans l’optique de changer de locaux, car nous sommes un peu à l’étroit. On grandit, donc nous avons besoin de plus d’espace, ce qui est plutôt une bonne problématique ! »


Pour en savoir plus : www.yaka-events.com

Propos recueillis par Gilles Lalaque

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !