Exploit sportif : Pauline Signeau termine au pied du podium du 100 kil’ de la Trace des Maquisards

Cette ancienne basketteuse du Feillens Replonges Basket Club, actuellement licenciée à Biziat Endurance, fait des débuts tonitruants dans l’ultra-distance.

Pauline est cheffe de projet « logistique » dans une entreprise mâconnaise. Outre ce travail, elle concilie également ses activités de mère de famille (deux filles) et un entraînement assidu quasi quotidien.

« Lors du premier confinement, j’ai été obligé de délaisser le basket et me suis mise à courir à pied. Je cours quasiment tous les jours, soit le matin soit le midi en semaine et le week-end avec mes copains de Biziat Endurance. Au total, je parcours de 60 à 90 kilomètres par semaine » explique cette jeune femme habitant Saint André d’Huiriat.

La trace des maquisards s’est déroulée en nocturne avec un départ samedi à 17 heures d’Ambérieu-en-Bugey pour une arrivée au petit matin à Oyonnax aux termes d’un parcours accidenté (4 000 mètres de dénivelé positifs environ) d’une distance proche des 100 kilomètres. Cette course se veut comme « un moyen d’évasion et d’hommage à la Résistance et à celles et ceux qui ont combattu l’occupant nazi » (source : https://tracedesmaquisards.fr/).

Pauline a franchi la ligne d’arrivée à la quatrième place chez les féminines en un peu plus de treize heures et seize minutes. « On a eu beaucoup de chance d’avoir un terrain sec » explique-t-elle. « La partie vers Nantua était la plus difficile car elle nécessitait beaucoup de relances et il y avait une sacrée bosse » développe-t-elle. « Bien sûr, il y a des moments difficiles où on se demande ce qu’on fait là. Plus que le physique, c’est le mental qui prédomine, le seul objectif devient le franchissement de la ligne d’arrivée » poursuit Pauline qui avait déjà « dans les pattes » une victoire à un ultra-trail en Haut-Beaujolais en 2022.

Cette performance de haut vol a été possible grâce à l’accompagnement d’adhérents, dont son mari, de Biziat Endurance qui l’ont encouragée et ravitaillée tout au long du parcours. D’ailleurs, on peut lire sur le Facebook de l’association que « la performance est finalement collective et cela la rend encore plus savoureuse ! », citation qui reflète totalement l’esprit d’esprit de ce club présidé par Damien Bagne.


ET APRÈS ?

« J’ai bien récupéré et ai pu recommencer à courir dès mardi midi. Le corps est fort et s’habitue vite aux kilomètres. D’ailleurs, j’ai eu un peu de courbature mais surtout de la fatigue générale » nous confie Pauline qui, maintenant « addicte » à l’effort de très longue durée, envisage de participer en  juin prochain à l’Ultra Trail de l’Ain qui compte près de 170 kilomètres pour sa boucle la plus longue au départ d’Oyonnax.

Propos recueillis par Éric Bernet / Photo récupérée sur le Facebook de Biziat Endurance.

Photo d’accueil : Pauline Signeau avec ses trois supporters biziatis.



Partagez cet article !