Exploit sportif : Il a bouclé la Diagonale des Fous en 55 heures et 30 minutes

Cédric Carrias, saint cyrien bien connu par ses activités de carrossier et de chef de corps du Cpini local, a réalisé récemment l’exploit de boucler ce trail long de 171 kilomètres et fort d’un dénivelé positif de plus de 10 000 mètres.
LANDRIX
Trottland
Précédent
Suivant

Blessé depuis janvier 2022 (pubalgie tenace), cet athlète n’a pu que peu s’entraîner en vue de cet objectif qu’il s’était fixé pour ses 40 ans (Ndlr : il les aura dans 20 jours). « J’étais déjà inscrit. Du coup, j’ai fait l’effort de participer grâce à une infiltration » explique-t-il. Et il fait partie des deux tiers de partants qui sont finishers de ce trail incroyable tant il est difficile.

« Pour moi, le plus dur a été de rester éveillé aussi longtemps. On a dormi seulement quatre heures pendant l’épreuve par tranches de 30 à 60 minutes. Le sommeil se réalise au sol avec une couverture de survie » précise-t-il. « Autre difficulté de taille, les changements de température à La Réunion : on passe rapidement de 25 à 5 degrés » ajoute ce coureur expérimenté doublement licencié au Bresse Saône Running et à l’Entente Athlétique de Mâcon.

« Cette course, dont c’était le trentième anniversaire, est mythique. Il y a énormément de spectateurs qui nous encouragent dans les dix premiers kilomètres. C’est une grande fête à laquelle j’ai participé pour me dépasser et repousser mes limites » déclare Cédric qui a terminé au courage à cause de « genoux en vrac » strappés dès le 80ème kilomètre.

« Cette course, c’est 20 % de physique et 80 % de mental. Il y a des parties très techniques où c’est presque de l’escalade. C’est dangereux, il faut rester lucide surtout avec la brume et le brouillard » ajoute-il avant de remercier Nicolas Pretet, un ami expérimenté installé maintenant à La Réunion, avec qui il a réalisé tout ce trail. « C’est plus facile mentalement à deux » avoue-t-il.

Maintenant place à la récupération et à un nouveau projet : « il me faudra un bon mois pour récupérer totalement et voir ensuite comment évoluent les blessures. Je fais rarement deux fois les mêmes courses. Peut-être que la prochaine sera les 90 kilomètres du Mont Blanc. »


SA FEMME N’EST PAS EN RESTE

Virginie Carrias a également fait le déplacement à La Réunion pour y réaliser la Zembrocal, une épreuve annexe de 148 kilomètres en relais de quatre. « J’ai fait cette course avec trois amies mâconnaises. Notre équipe s’appelait Les Gaz’Elles. J’ai réalisé le dernier relai de nuit avec toutes les incertitudes que cela comporte. Au final, on termine en 38 heures et cinq minutes » explique cette jeune femme également passionnée de trails.


Texte et photos : Éric Bernet

Partagez cet article !