Culture – “Le Matilda” : Retour sur la soirée normande

Expo "photos", concert, ambiance,... On vous dit tout ou presque !
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0001
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0002
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Au Matilda, ce vendredi 22 septembre, c’était une soirée normande ! Elle débutait par un vernissage pour l’exposition photographique d’un trio de faiseurs d’images venus d’Évreux, dont la jeunesse n’interdit pas d’utiliser de bons vieux procédés. En effet, tous les trois utilisent l’argentique, mais pas que, pour traiter des sujets comme l’autobiographie iconique, l’intime érotique et le « passé actuel ».

LE VERNISSAGE

Commençons par Raphaëlle Fromage qui pratique cette « art moyen » depuis l’âge de douze ans. Elle photographie ce qu’il lui passe devant les yeux lors d’une promenade, d’une soirée, d’un repas en famille etc… Puis elle rassemble des images dont elle trouve une cohérence pour en faire une sorte de patchwork visuel, en noir et blanc, où le visiteur peut imaginer un récit, ou s’immerger dans une atmosphère poétique libre à son imagination. Ce sont des instantanées de bouts de vie qu’elle aurait pu punaiser au mur tels des posters, si elle avait pu le faire, c’est pourquoi ses photos ne sont pas encadrées. Pour elle, la photo, ce n’est ni un métier, ni une passion : c’est une envie !
Sa référence en matière de photographe, c’est Robert Mapplethorpe ; rien à voir avec sa pratique, mais il y a une grande précision dans son cadrage, tout comme son grand maître…

Juste en face de l’installation de Raphaëlle, c’est un tout autre sujet qui est présenté par Gloo Majin. Habituellement, il photographie la rue, ou fait dans le culinaire (il est restaurateur avec sa femme) mais pour la première fois, on peut carrément dire qu’il s’est mis à nu ! C’est une sorte d’autoportrait érotique avec sa compagne. Attention, tout est suggéré, rien de dévoilé ! Au voyeur, d’imaginer les sensations, les pulsions. Pour Gloo Majin, c’est une expérience, pour nous c’est « expéri-mental ». Pour lui, la photo c’est une passion ; il aime l’image, qu’il n’hésite pas à bien traiter…
Ses références photographiques : Nobuyoshi Araki, Terry Richardson et encore Robert Mapplethorpe… Oui, bien sûr, pourtant il ignore que ce qu’il présente fait plus penser au travail d’un Antoine d’Agata, mais en beaucoup moins noir et surtout pas morbide…

Enfin, dans l’autre alcôve, c’est Axel Verlaine, musicien de métier, qui nous présente des photographies faussement « fanées » … Après avoir longtemps pratiqué le noir et blanc, il est passé à la couleur… Oui mais voilà, Il utilise des pellicules couleurs souvent périmées et il tente des expériences qui, ici, réussissent. Il découvre l’effet par hasard et décide d’en faire sa pratique. Il développe lui-même les films puis les scanne. Le résultat est aléatoire mais il est étonnant. Bien que son style soit tout à fait contemporain, les images semblent d’un autre temps ; on a l’impression d’être dans un « retour sur le présent », dans un rêve d’enfant où le passé et le présent se mélangent.
Ses références sont : Raymond Depardon, Andy Warhol et… Robert Mapplethorpe, décidément…

DEGUSTATION DE BIERES AVEC LE “SPORE”

Dans un tout autre registre, tout en admirant ces œuvres, vous pouviez déguster les bières bio à Simon, le brasseur. Il fabrique des bières de tous styles avec une dizaine de recettes. Ses bières sont plutôt festives, car pas trop fortes en alcool. Il fabrique toutefois quelques bières de dégustation. Vous ne pourrez pas les trouver dans notre région. Mais si vous passez près d’Évreux, faites un détour par Gravigny et allez déguster un breuvage à la brasserie SPORE. C’est là que Simon opère.

La soirée s’est poursuivie par un « quizz » dont le thème était évidemment normand.

CONCERT

Puis le groupe rock « You Said Strange » s’est mis à jouer : un rock étrange normand, cela va de soi. Ce groupe était composé d’Eliot Carrière (chant et guitare), d’Hector Riggi (basse et chant), de Matthieu Vaugelade (batterie) et de Joseph Baudet (saxophone).

Pour les plus couche-tards, un « DJ set », nommé “Princesse Canette”, finissait la soirée.


EN PRATIQUE

Le Matilda
83, Allée Germaine Tailleferre – 71000 Mâcon
(À proximité du parking Monnier)

Contact via coucou@le-matilda.fr ou au 03 79 42 00 35

Pour le programme, c’est ici : https://le-matilda.fr/evenements/

Texte et photos : Frédéric Chalot

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !