Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes : L’opposition à Laurent Wauquiez joue « groupée » sur les lycées

Les quatre groupes politiques progressistes et écologistes ont lancé de manière commune une mission d’information sur les lycées, compétence régionale.
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0001
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0002
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Les écologistes, les élus du Parti Radical de Gauche, les socialistes et les Insoumis associés aux communistes siègent dans des groupes différents au Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes, institution présidée par l’auvergnat Laurent Wauquiez. Au total, ces quatre groupes comptent 50 élus qui convergent souvent au niveau idéologique.

La rédaction a échangé cette semaine avec l’élu régional dombiste Maxime Meyer. Cet habitant de Misérieux, seulement élu depuis 2021, est déjà co-Président du groupe écologiste à la Région avec l’annecéenne Fabienne Grébert.

« En 2016, peu de temps après avoir ravi la grande Région, Laurent Wauquiez avait promis un plan Marshall pour les lycées d’un budget de 1,5 milliards d’euros. Depuis, on a quasiment aucune information sur l’état d’avancement des travaux (Ndlr : la Région gère les bâtiments et la restauration scolaire, pas les aspects pédagogiques). On a fait une demande auprès de la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada), mais l’exécutif à refusé de nous transmettre les documents, puis on a demandé une mission d’information et d’évaluation (Mie), un dispositif qui permet aux élus d’évaluer les politiques mises par la collectivité, lors de l’Assemblée plénière de décembre 2022. Le texte était déjà commun aux quatre groupes d’opposition. Généralement, la majorité s’abstient dans ce genre de cas. Là, la Droite a voté contre en fin de soirée (Ndlr : il était 23 heures) puis le Président Wauquiez a vite levé la séance » explique Maxime Meyer.

Les 50 élus progressistes et écologistes n’ont pas pour autant désarmé sur les lycées. En janvier dernier, ils ont créé un site de concertation citoyenne sur le sujet. « Sans aucun budget, on a chacun mis une centaine d’euros sur la table de nos indemnités » précise l’élu dombiste.

« Ce site comprend une partie « questionnaire », qui se renseigne en cinq minutes, et une partie « discussion » où il est possible de témoigner voire de déposer des photos et des vidéos. En quelques semaines, on compte déjà 400 contributions » se réjouit Maxime Meyer.

« Laurent Wauquiez se targue qu’il n’y a plus aucun lycée en mauvais état dans notre Région. Or, rien que dans l’Ain, plusieurs (Plaine de l’Ain, Sardières et Gabriel Voisin) prennent l’eau dans au moins un de leurs bâtiments. Ce sont les jeunes et leurs enseignants qui trinquent » déplore le jeune élu dombiste.

La consultation est ouverte en ligne jusqu’au mois de juin. Un rapport sera remis à l’exécutif à la rentrée scolaire. « Notre action porte déjà ses fruits car Laurent Wauquiez vient d’écrire aux Proviseurs pour leur demander de ne pas participer à notre enquête, mais les proviseurs auraient reçu des appels ensuite pour leur promettre des travaux demandés depuis longtemps » glisse malicieusement Maxime Meyer.

« Nous sommes en pleine crise démocratique par rapport à la réforme des retraites. Cette plateforme est plus globalement un moyen de renouer le dialogue avec la population et d’écouter les gens » conclut l’élu écologiste.

EN PRATIQUE

Lien vers le site : https://www.civocracy.org/plateforme/mission-lycees

Cette mission d’évaluation ne concerne pas les lycées mâconnais qui dépendent du Conseil régional Bourgogne Franche-Comté.


Texte : Éric Bernet / Photo récupérée auprès de Maxime Meyer

Photo d’accueil : Maxime Meyer entouré par Jean-François Debat (à gauche) et Albane Colin (à droite) devant le lycée Gabriel Voisin pour le lancement dans l’Ain de cette consultation citoyenne (Guillaume Lacroix, d’origine désidérienne, quatrième élu régional progressiste de l’Ain est absent de cette photo).

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !