Conférence : On peut être diabétique et en bonne santé !

Telle est la conclusion de la conférence du docteur endocrinologue Catherine Thomas Martin (Saint Denis-lès-Bourg) ce jeudi soir sur le site pont-de-veylois du Ch Avs devant un auditoire d’une quarantaine de personnes.
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0001
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0002
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Denis Coquard, directeur des soins au centre hospitalier Ain Val de Saône (ch Avs), a introduit cette conférence, la troisième sur une thématique particulière. Il a remercié le comité d’organisation composé notamment de médecins et des infirmières de prévention du réseau Asalée qui a pour objectif d’améliorer la prise en charge des maladies chroniques par une coopération entre infirmiers et médecins généralistes.

L’endocrinologue Catherine Thomas Martin (Saint Denis-lès-Bourg) a ensuite réalisé son exposé : « le diabète est une maladie chronique liée à une hyperglycémie. Globalement, on considère qu’un patient est diabétique quand sa glycémie à jeun est égale ou dépasse 1,26 gramme de sucres dans le sang à deux reprises. Il existe un stade intermédiaire dit de pré-diabète ou d’intolérance au glucose à partir de 1,10 gramme. »

Cette maladie chronique touche de plus en plus de français : 5,3 % en 2020 contre 4,6 % en 2012, soit environ 3,5 millions de personnes traitées et un million non traitées ou qui s’ignorent diabétiques.

« Il existe deux type de diabètes : type 1 (6% des cas) qui se déclare dès l’enfance par la fabrication d’anticorps contre son pancréas et type 2 (92 % des cas) lié à une résistance à l’insuline. Les facteurs de risque sont une surcharge pondérale, l’âge, la sédentarité, une alimentation riche en sucres rapides et en lipides » rappelle cette médecin burgienne.

Le diabète entraîne différentes complications telles qu’une altération des gros (cœur, artères, cerveau) et des petits vaisseaux (yeux, reins, nerfs), un danger de pied diabétique ou encore des problèmes dentaires.

Il est bien sûr possible de traiter cette maladie par des médicaments (en comprimés ou en piqûres) mais aussi par une alimentation équilibrée et de l’activité physique régulière. Le respect de ces préconisations médicales permet à la plupart des malades de mener une vie « normale » en s’autotestant régulièrement.

Note : Les infirmières Asalée du secteur (Pont-de-Veyle – Saint Cyr-sur-Menthon et Thoissey – Saint Didier-sur-Chalaronne) vont organiser des cinq ateliers thématiques de prévention du diabète. Plus d’informations auprès d’Isabelle Alban au 06 82 09 14 31.


Texte et photos : Éric Bernet

Photo d’accueil : La conférencière (au centre) entourée de l’équipe d’organisation (médecins à sa gauche et infirmières du réseau Asalée à sa droite).

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !