Auvergne-Rhône-Alpes : La Région et le CEA investissent 60 millions d’euros pour booster la filière microélectronique

Catherine Staron et Julie Galland ont signé jeudi 18 janvier 2024 à Grenoble un investissement commun de 60 millions d’euros.
SalonUnArbredeVie210424
SalonUnArbredeVie210424
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Cet investissement est financé à hauteur de 30 millions d’euros par la Région, pour doter l’Auvergne-Rhône-Alpes d’équipements de R&D de pointe.

Cette convention de partenariat a été signée par la Région et le CEA, en présence de Yannick Neuder, Député de l’Isère et Conseiller régional, et d’entreprises bénéficiaires des avancées technologiques que ces équipements rendent possibles.
Ce partenariat est essentiel à ce titre car il permet de renforcer notre souveraineté technologique, la compétitivité des entreprises implantées sur le territoire régional face à la concurrence mondiale, de soutenir l’élaboration et le transfert industriel des puces de demain.

Le CEA porte un programme d’investissement majeur sur trois ans, chiffré à 60 millions d’euros d’équipements de R&D destinés à mener des partenariats de recherche et d’innovation avec de nombreuses entreprises régionales afin d’assurer leur avance technologique et leur rang à l’échelle européenne et mondiale (grâce au développement de nouvelles fonctionnalités, la réduction des consommations énergétiques, l’augmentation des performances, la diversification de l’architecture et du design des composants microélectroniques…). La Région interviendra à hauteur de 30 millions d’euros. Une première tranche de six millions d’euros a déjà été votée lors de la Commission permanente de décembre dernier.

Le tissu régional compte de très nombreuses entreprises de toute taille : entreprises de fabrication et/ou d’assemblage de composants électroniques (STMicroelectronics, Aledia, Lynred), de matériaux (Soitec, Air Liquide), de logistique, de conception de circuits intégrés (Dolphin, Asygn, Kalray), d’équipementiers ; ainsi que des laboratoires et centres technologiques qui contribuent à sa richesse.
En particulier, le CEA-Leti, avec 1900 personnes, est l’un des principaux centres européens de recherche en micro et nanoélectronique.

L’engagement de la Région Auvergne-Rhône-Alpes s’est traduit dès 2017 par l’adoption d’une politique volontariste de soutien à cette la filière microélectronique, anticipant la mise en œuvre du programme national Nano 2022, avec une aide de plus de 55 millions d’euros sur six ans, dont plus de 50 millions d’euros pour soutenir les travaux et le financement d’équipements du CEA.

Ce soutien régional a contribué à la relance de la filière régionale et à la dynamique actuelle de création de nouvelles capacités de production et d’emplois : plus de 3 000 emplois ont été créés sur les quatre dernières années sur le territoire.

En 2022, la Région a renouvelé son engagement en faveur de la Microélectronique & l’intelligence artificielle, qu’elle identifie comme l’une de ses quatre filières d’excellence prioritaires du mandat de Laurent Wauquiez.

Pour Catherine Staron, Vice-présidente déléguée à l’Enseignement supérieur, à la Recherche et à l’Innovation : « La Région est extrêmement fière d’ouvrir une nouvelle étape clé pour développer notre filière d’excellence de la microélectronique dans le cadre d’un partenariat régional avec le CEA, pour notre souveraineté. C’est essentiel et la Région, sous l’impulsion de Laurent Wauquiez, se réjouit d’y contribuer pleinement en mobilisant 30 millions d’euros dédiés au financement de ces équipements. Le CEA porte un programme d’investissement majeur sur trois ans à hauteur de 60 millions d’euros d’équipements de pointe. Ces équipements intensifieront les partenariats de recherche et d’innovation avec de nombreuses entreprises régionales, cela pour assurer leur avance technologique et leur rang à l’échelle européenne et mondiale, augmenter nos capacités de production et créer des emplois à forte valeur ajoutée en Auvergne-Rhône-Alpes. »

Pour Julie Galland, Directrice Générale de la recherche technologique du CEA : « La microélectronique est véritablement au cœur du réacteur de notre société moderne, alimentant nos avancées technologiques et façonnant notre quotidien. En ce sens, je tiens à saluer le soutien et l’engagement de la Région envers notre établissement, le CEA, qui est au cœur de la Silicon Valley française. Cet investissement commun de 60 millions d’euros en faveur de la souveraineté microélectronique positionnera Auvergne-Rhône-Alpes comme un acteur de premier plan dans le développement des puces de demain »

Selon Christophe Maleville, Directeur Général adjoint chargé de la Technologie et de l’Innovation de Soitec : « Cet investissement commun pour l’innovation est un message fort de soutien pour la filière. Comme pour la construction de notre usine dédiée à la technologie SmartSiC™ pour la mobilité électrique, les pouvoirs publics réaffirment une fois encore leur engagement en faveur de la souveraineté numérique et industrielle, capitalisant sur le dynamisme de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Chez Soitec, nous sommes fiers de contribuer à l’atteinte dec et objectif en consacrant une part importante de notre chiffre d’affaires à la R&D pour renforcer notre leadership dans l’industrie avec la conception de matériaux semi-conducteurs qui allient performance et durabilité et en créant de l’emploi. »

Pour Philippe Gilet, CTO et cofondateur d’Aledia : « Depuis plus de 20 ans, le rayonnement technologique du CEA-LETI n’a cessé d’augmenter en s’affirmant comme l’un des principaux centres d’excellence mondiale. Cette excellence repose sur la compétence forte de ses collaborateurs d’une part mais aussi sur la qualité des équipements qui constituent sa salle blanche. Leur renouvellement permettra au CEA-LETI de garder son attractivité en offrant à ses clients partenaires, un centre technologique versatile et à l’état de l’art mondial. Pour Aledia, collaborer avec le CEA-LETI, est un gage d’excellence technologique, reconnu dans le milieu très concurrentiel de la tech. L’arrivée de ces équipements, financés par la Région et le CEA, nous apportera un avantage concurrentiel important. En finalisant, notre R&D sur ces équipements de production cela minimisera le temps de transfert vers notre usine de Champagnier au sud de Grenoble pour la fabrication de µLEDs pour nos futurs écrans. »

Pour Philippe Andreucci, Directeur général et cofondateur d’InjectPower : « Afin de sécuriser le transfert industriel des procédés de fabrication de nos micro-batteries vers notre futur outil de production en région Auvergne-Rhône-Alpes, il est nécessaire que les équipements de développement dans les salles blanches du CEA-Leti soient toujours au meilleur état de l’art mondial et les plus proches des solutions industrielles retenues. Le maintien de notre avance en R&D, en coopération avec le CEA-Leti passe aussi par la disponibilité d’équipements toujours plus performants. L’investissement prévu conjointement entre la Région et le CEA s’inscrit dans cette dynamique et vient soutenir notre ambition pour créer en France une nouvelle filière souveraine de batteries ultra miniaturisées pour les dispositifs médicaux implantables. »

Pour en savoir plus sur la CEA : www.cea.fr

Communiqué de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !