Ain : Un nouveau levier contre l’insécurité routière

Cécile Bigot-Dekeyzer, Préfète de l’Ain, a décidé de mettre en place l’immobilisation d’office et la mise en fourrière des véhicules en infraction pour aller encore plus loin dans la lutte contre l’insécurité routière.
MFRBagePo2023
MFRBagePo2023
Précédent
Suivant

Depuis le début de l’année 2022, on recense déjà 41 personnes décédées sur les routes aindinoises soit une augmentation de 17 % par rapport à l’année 2021. On dénombre également 473 accidents, soit une augmentation de 18 % et 623 blessés soit une augmentation de 12 %, par rapport à l’année 2021. Parmi les causes des accidents, notamment les plus graves, figurent les excès de vitesse, la conduite en état d’ivresse et/ou sous stupéfiants.

Face à ce constat, Cécile Bigot-Dekeyzer, Préfète de l’Ain, a décidé d’activer un nouveau levier de lutte contre l’insécurité routière : l’immobilisation d’office et la mise en fourrière des véhicules en infraction.

Ainsi, dès constatation d’un délit de grand excès de vitesse mais aussi de récidive de conduite en état alcoolique ou sous l’emprise de stupéfiant, de conduite sans autorisation valide, les forces de l’ordre pourront immobiliser d’office le véhicule du contrevenant et le mettre en fourrière. Cette mesure s’applique à tous les usagers de la route, quelle que soit leur nationalité.

Elle sera prise à titre provisoire pour une durée maximale de sept jours. Au-delà de ce délai, le véhicule pourra rester en fourrière si le Procureur de la République de la juridiction le décide. Pendant toute la durée de la procédure administrative, les frais de fourrière seront à la charge du propriétaire.

Ce dispositif est effectif à compter de ce jour.

Communiqué de la Préfecture de l’Ain



Partagez cet article !