Ain : Signature de la convention de gestion transitoire des débits de la basse rivière d’Ain

Cette mise en œuvre va anticiper la mise en service du projet Vouglans-Saut-Mortier.
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0001
Flyer-Mai-a-velo-2024_page-0002
Précédent
Suivant

Seriez-vous intéressé par une version papier du journal L'Aindépendant ?

Ce mercredi 11 octobre 2023, la convention de gestion transitoire des débits de la basse rivière d’Ain a été signée par : la préfecture de l’Ain, le Groupe EDF, l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée Corse, l’Office Français de la Biodiversité, le Syndicat de la rivière d’Ain Aval et de ses affluents, le Département de l’Ain, la Fédération départementale de pêche de l’Ain, Hydro Neuville sur Ain, la Centrale hydro-électrique d’Oussiat, la Société hydro-électrique de Pont d’Ain (SHPA) et Établissement Coutras.

Sous l’égide des services de la DTT de l’Ain et de la DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, la gestion des débits de la Basse Rivière d’Ain, à partir des aménagements de la chaîne hydroélectrique de la vallée de l’Ain, a fait l’objet de nombreuses actions, études scientifiques et discussions dans l’objectif de concilier au mieux les enjeux de production d’énergie renouvelable et de préservation des milieux aquatiques.

Le groupe EDF, avec le soutien financier de l’agence de l’eau, a notamment mené, ces sept dernières années, de nombreuses études environnementales et des tests de modalités de gestion de la rivière, tout ceci avec l’appui et le suivi de terrain approfondi de chaque partie prenante. Ce travail en commun et la concertation étroite entre les parties prenantes ont permis d’aboutir à la signature de cette convention. Les mesures définies ensemble visent à limiter l’impact de la gestion des barrages sur la dynamique de reproduction des salmonidés pendant la période sensible des frayères et des alevins. Elles consistent notamment à mettre en place un débit plancher de 28 m3/s du 1er décembre jusqu’à la fin de l’émergence de l’ombre commun, et des débits plancher entre 42 et 28m3/s entre le 10 mars et le 30 juin, en fonction de l’arrivée naturelle de la ressource en eau (pluie). Elles bénéficient d’un financement de l’Agence de l’eau à hauteur de 8M€ jusqu’en 2030.

UNE GESTION DITE “TRANSITOIRE”

Cette convention partenariale entre en vigueur aujourd’hui jusqu’à la mise en service du projet Vouglans-Saut-Mortier. Actuellement en phase de consultation des entreprises et sous réserve de l’aboutissement de l’instruction administrative, ce projet répondra à l’ensemble des enjeux de la basse rivière d’Ain. Ce nouvel outil, basé sur le principe du transfert d’énergie par pompage, permettra d’optimiser la gestion de l’eau de façon globale, tant sur le plan environnemental, énergétique et touristique.

Communiqué de la Préfecture de l’Ain

Abonnez vous pour ne manquer aucun article !

*Vous avez la possibilité de vous désabonner quand vous le souhaitez.



Partagez cet article !